30 avril 2010

Haro sur le maïs traité au Cruiser

30 avril 2010

Il est dans le collimateur des apiculteurs. Le maïs traité avec l'insecticide Cruiser est, selon eux, à l'origine d'une forte mortalité des abeilles. À Kervignac, GillesLanio monte au créneau.

Il a tout perdu ou presque. Il ne lui reste qu'une quarantaine de ruches. En l'espace d'un an ses colonies d'abeilles ont disparu. Un phénomène de dépopulation qu'il avait du mal à expliquer jusqu'ici. Aujourd'hui il pointe du doigt le maïs enrobé avec l'insecticide Cruiser. Gilles Lanio est apiculteur à Kervignac, vice-président de la fédération d'apiculture Bretagne, Pays-de-la-Loire et président du syndicat des apiculteurs du Morbihan. «Depuis longtemps je soupçonnais la présence de maïs Cruiser dans le secteur pour expliquer une telle mortalité. J'ai même appris qu'en 2008, des expériences avaient été menées en plein champ à proximité de chez moi, sans en être informé». Depuis jeudi dernier Gilles Lanio ne décolère pas. Par hasard il a découvert que la Cecab, coopérative agricole de Saint-Allouestre qui commercialise ledit maïs, menait, avec un agriculteur, un test sur un champ voisin de sa maison et de ses ruches. «Je les ai pris sur le fait, en train de semer le maïs». Pour l'apiculteur, le Cruiser agit comme un neurotoxique. «À son contact les abeilles perdent la mémoire et ne retrouvent plus leur ruche. Or une abeille est incapable de vivre seule, elle doit être en colonie». En Allemagne le Cruiser est homologué sur la betterave et le colza mais plus sur le maïs. En Italie son utilisation est également interdite sur le maïs.

650.000 hectares de maïs Cruiser

Laurent Peron, directeur de la communication de Syngenta-France se défend, bien évidemment, de commercialiser un produit phytosanitaire dangereux pour les abeilles. «Nous avons une autorisation de mise sur le marché qui a été renouvelée cette année par le ministère de l'Agriculture. Nous n'avons pas eu de plainte depuis que le Cruiser est en vente, il y a cinq ans, après dix ans de recherche. Le Cruiser, c'est le produit phytosanitaire qui a fait l'objet du plus grand nombre d'études d'impact sur les abeilles. En 2008 et 2009 ce sont 650.000 hectares de maïs traité Cruiser qui ont été semés et aucune colonie d'abeilles n'a été mise en danger». Chez Syngenta, on admet, en revanche, «des disparitions de ruches, mais les causes sont multiples». Laurent Peron évoque la présence d'un acarien ou encore d'une maladie, la nosémose, qui affaiblit l'abeille. «L'alimentation peut être en cause. À certaines périodes de l'année, les abeilles n'ont plus rien à manger». Ces explications, Gilles Lanio les connaît et n'y accorde guère de crédit : «C'est un produit hautement toxique. D'ailleurs, au moment des semis les agriculteurs doivent prendre des précautions. Il doit travailler sous protection, porter un masque et une combinaison. Enfin, il faut semer par vent faible». Ce que confirme de site internet de Syngenta.

«40% de l'alimentation dépend des abeilles»

Preuve, pour l'apiculteur, que le Cruiser n'est pas tout à fait inoffensif. Selon certains scientifiques la molécule du Cruiser serait même 5.400 fois plus toxique que le DDT, premier insecticide moderne. «Or, 40% de l'alimentation humaine dépend des abeilles. 20.000 espèces de végétaux n'existent que grâce à la pollinisation des abeilles», rappelle l'apiculteur.

Laurent Marc

25 avril 2010

Compte rendu de l’assemblée Générale 2010


L’assemblée Générale 2010 de notre syndicat départemental s'est déroulée à la salle des fêtes de Tombeboeuf le dimanche 7 mars.

Invités : Richard Legrand (président de l’Abeille périgordine) Mr Raymond Saunier (président de l’Abeille Girondine) M. Pierre Cabé (président de l’Abeille Landaise) M. Jean-Pierre Sourzat (Président de l’abeille corresienne) s’est excusé .

Madame Jacqueline Gastal, notre présidente, prend la parole à 10H15.
La séance est ouverte, environ 120 personnes sont présentes lors de notre assemblée générale annuelle.

La lecture du compte rendu de l’Assemblée Générale de 2009 est faite par le secrétaire et approuvé par l’assemblée.

Madame Gastal continue l’assemblée générale par la lecture du rapport moral de notre syndicat ou il est mentionné les nouvelles menaces phytosanitaire pour l’apiculture (enrobage de semences, etc.), inquiétudes par rapport au frelon asiatique, problématique de déclaration des ruches pour les « petits » apiculteurs ; nouvelles du rucher école ; remerciement à M. Bernadet pour l’organisation de la distribution de sirop du syndicat et pour son action bénévole au sein du bureau depuis de nombreuses années ; appel à candidatures pour le renouvellement du bureau de notre syndicat.

Madame Gastal fait le compte rendu de la réunion de trois membres du bureau de notre syndicat à la MSA ; les apiculteurs sont informés sur les différents droits et obligations des retraités, impôts, déclarations, cotisations sociales, etc. On est cotisant solidaire à partir de 50 ruches jusqu'à 199 ; Explication de l’utilité du n° de numagrit.

M. Richard Legrand prend la parole a 10h45 pour expliquer la position de l’UNAF par rapport a l’enregistrement du n° numagrit qui sera faite par les DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations) ; la déclaration des ruches est importante par rapport aux emplacements qui permettent de savoir qui était là en premier entre le rucher et un éventuel champ d’OGM ;



M. Pierre Cabé prend la parole à 10h50 pour reprendre et approfondir les explications au sujet des différentes déclarations.


Renouvellement du tiers sortant du bureau en 2010,
Sont réélus :
  • Mr Bertrand AUZERAL : tout le monde est pour.
  • Mme Anny AUZERAL : 1 personne est contre, le reste de l’assemblée est pour.
  • M. Alain COUSTOU: 1 personne est contre, le reste de l’assemblée est pour.
  • M. Alain FOURNIER: 1 personne est contre, le reste de l’assemblée est pour.
  • Mr Jean-Louis SIMONCELLO : tout le monde est pour.
  • Mr Alain HAURET : tout le monde est pour.

Madame Gastal fait un appel à candidature dans la salle pour inviter les apiculteurs à s’investir dans notre syndicat. Elle explique les raisons de l’absence de comptable dans notre syndicat et pourquoi la comptabilité 2009 sera faite par le centre de comptabilité CER47.
Une candidature spontanée se présente dans la salle:
  • M. ESCABASSE : tout le monde est pour.
M. Bertrand Auzeral notre vice président qui à assisté à l’Assemblée Générale de l’UNAF à Paris nous en fait le compte rendu : Dossiers juridiques (trois dossiers en cours : 1 - Cruiser reconduit, 2 - affaire de Verteuil (M. Maurice Coudoin prend le micro pour nous en faire l’historique) 3 - Les trafiquants d’agrochimie de saint Gaudens;
Produit phytos (protéus) ; marché du miel.

M. Richard Legrand, assisté de Mrs Pierre Cabé et Raymond Saunier développe le compte rendu de l’AG 2010 de l’UNAF et spécialement aux sujets de l’institut Technique et de notre présence au sein de la FNSEA qui vient d’être remise en question (voté a l’unanimité) essentiellement a cause de la divergence d’intérêts.

M. Auzeral qui est également notre responsable des assurances nous fait part d’un sinistre dont il vient de prendre note.

M. Raymond Saunier de l’Abeille Girondine nous parle du frelon asiatique dans son département et dans la France entière. Présentations des différent modèles de pièges et appâts. Invitation insistante pour chaque apiculteur de piéger le maximum de « Fondatrices ». Présentation d’une plaquette écrite avec M. Richard Legrand pour la revue Abeille et Fleurs, plaquette qui donne l’essentiel des renseignements disponibles sur le frelon asiatique.
M. Legrand nous parle d’un nouveau piège « japonais » apparemment très efficace ; il nous explique aussi le phénomène de guttation (gouttes sécrétés par les plantes) et nous parle des plantes mutagènes (les OGM cachés).

M. Bertrand Auzeral revient sur le succès du congrès Apimondia
2009 et nous parle du marché du miel et de la production Française.

Madame Gastal reprend la parole pour nous parler de la pollinisation des pruniers (les pruniculteurs en 2010 sont subventionnés de 50% a 100% par leur syndicat pour faire cette pollinisation).

M. Carles nous parle de notre rucher école qui compte 18 élèves inscrits au 7 mars 2010. Tout semble bien se passer.

Intervention de Mme Limousin sur les déclarations de ruches (elle précise que jusqu'à 50 ruches la MSA conserve la déclaration mais n’en fait « rien » sachant que la cotisation solidaire se fait a partir de 50 ruches jusqu'à 199 ruches. Jusqu'à 49 ruches les gens n’ont pas a s’inquiéter.

Madame la présidente remercie les présents à cette Assemblée Générale.

La réunion prend fin à 12H40.

Proteus & Cruiser : Vigilance

avril 2010
Le Proteus est homologué depuis l'automne 2009, il sera utilisé pour la première fois en France en mars, avril et mai 2010 en pulvérisation sur les champs de colza (aussi sur céréales, betteraves et pommes de terre).

C'est un grand sujet d'inquiétude pour les apiculteurs de plaine où la culture de colza représente jusqu'à plus de 30% des surfaces agricoles et 50% de la récolte de miel annuelle.

Soyez vigilants lors des premiers traitements jusqu'à la fin de la floraison du colza... Le Proteus est composé de 2 molécules insecticides dangereuses pour l'abeille. Il s'agit de la deltaméthrine ayant une durée d'action de 3 jours et de la thiaclopride de la même famille que le Gaucho et le Cruiser (néonicotinoïdes), avec une action systémique prolongée dans le temps (45 jours).

Le Cruiser est à nouveau autorisé en traitement de semences de maïs pour 2010.
En 2009 des cas d'intoxications ont été répertoriés, mais de nombreux apiculteurs ont
subi des pertes d'abeilles conséquentes sans en faire part. L'Administration fait donc état de cas isolés, accidentels et ne prend pas les mesures nécessaires pour retirer le Cruiser.

Soyez vigilants lors des semis de maïs. Les poussières d'insecticide peuvent intoxiquer vos abeilles par contact et ingestion.

Ne relâchez pas votre vigilance à la levée du maïs. Le jeune plant, en raison de l'action insecticide systémique du thiametoxam (molécule du Cruiser), est hautement toxique pour l'abeille lorsqu'elle boit la gouttelette qui perle à l'extrémité des jeunes feuilles. Ce phénomène de transpiration de la sève montante est appelé guttation, il a lieu le matin entre 7h et 9h.

Ensuite, ce sera lors de la floraison du maïs que les abeilles rapporteront du pollen chargé de thiametoxam, et là l'action insecticide pour l'ensemble de la colonie d'abeilles se prolongera jusqu'à l'hivernage.

Voici quelques conseils
Observez vos colonies et le comportement des abeilles, aux moments critiques énoncés ci-dessus...

Prenez des photos et des vidéos dés vous constatez des mortalités ou des comportements anormaux des abeilles...Alertez aussitôt la DDPP (nouvelle DDSV) qui rapidement devra prélever des abeilles et du pollen...Déposez plainte en gendarmerie...Prévenez votre société d'assurance... Vous pouvez aussi faire appel à un huissier de justice...

Appel à témoignage
Merci de transmettre à l'UNAF vos photos et vidéos sur vos observations, et d'informer sur vos démarches et résultats d'analyses.
Ainsi, vous contribuerez à étayer des argumentaires au niveau national et européen, afin d'aboutir à l'interdiction des insecticides néonicotinoïdes.

Sophie Dugué
Membre du bureau de l’UNAF

20 avril 2010

Questionnaire Troubles apicoles



Pour accéder au questionnaire, cliquez sur le lien : Questionnaire

Votre OSAD et la FNOSAD vous adressent ce questionnaire portant sur les pertes de colonies. L'objectif est de mieux comprendre les raisons de ces pertes et en particulier de vérifier si elles sont corrélées à des conditions climatiques spécifiques, à une zone géographique ou à d'autres facteurs.

Nous vous demandons de répondre le plus précisément possible. Il est possible que des informations complémentaires vous soient par la suite demandées, c'est pourquoi, nous souhaitons disposer de vos coordonnées qui resteront confidentielles.

Par ce questionnaire et les réponses que vous voudrez bien apporter, nous nous intéressons à la probabilité d'une ruche d'être atteinte de mortalité et/ou de dépopulation. Les études réalisées jusqu'à ce jour s'accordent à expliquer ces phénomènes par des causes multifactorielles, à savoir une combinaison de problèmes liés à la qualité de l'environnement des colonies (qualité et quantité de nourriture disponible pour les abeilles, perturbations du comportement des abeilles liées à l'environnement direct du rucher), et à une pression de varroa et d'éventuelles maladies sur les colonies. Ce questionnaire essaie de cerner l'ensemble de ces problèmes et une analyse statistique des réponses devrait permettre, on l'espère, de hiérarchiser l'influence de ces différents facteurs et de mieux comprendre les perturbations que subissent nos colonies. Ceci a pour but à long terme d'être en mesure de limiter ces perturbations grâce à de meilleures pratiques apicoles ou par le choix d'emplacements mieux adaptés au bon développement des colonies.

Votre participation sera vivement appréciée. Elle permettra de donner à notre démarche sa crédibilité.

19 avril 2010

Les Exsudats ou guttation

Les exsudats sont le phénomène de transpiration de la sève montante des plantes, le xylème. Ce phénomène est très fréquent. Selon le DBIB (syndicat Allemand membre de la Coordination Européenne), il se produit toute l’année (sauf en période de gel). Il a été observé au printemps, en été, en automne, en hiver… Et même la veille de la réunion de la Coordination Européenne à Paris, le 09 décembre 2009.

Les gouttelettes se forment à l’extrémité des feuilles des plantes tout particulièrement sur les plantules au début de leur croissance.

Le meilleur moment pour observer ce phénomène est le matin entre 7h et 9h après une nuit claire.

Les exsudats sont différents de la rosée qui se dépose sur toute la surface de la feuille.

Après 2 heures, la rosée a disparu, L’exsudat continu d’être présent.

Les exsudats sont une source importante d’eau pour les abeilles. Elle est très attractive pour les abeilles car elle est composée d’eau, de protéines, de minéraux, de sucres. Malheureusement pour nos abeilles, elle est également extrêmement concentrée en matières actives présentes dans les plantes traitées avec des produits systémiques ou les semences traitées. (172ppb dans des gouttes prélevées sur colza au stade 4 feuilles, 63 ppb au stade 6 feuilles)

Le même problème se pose également pour les herbicides utilisés sur les OGM tolérants, ou les plantes mutées tolérantes. Quant aux plantes génétiquement modifiées capables de synthétiser leurs propres pesticides, les abeilles y sont également confrontées.

La ruche peut être considérée comme un super-organisme constitué de milliers d’abeilles. L’estomac de la ruche est constitué de la somme de tous les estomacs des abeilles. L’effet « boule de neige » bien documenté nous montre que l’ensemble de la colonie partage l’eau sucrée entrée dans la ruche en 24h.

Ce « nouveau » vecteur d’exposition des abeilles est de toute première importance car il touche
l’ensemble des cultures : Céréales, pommes de terres, betteraves, maïs, colza… ainsi que les
« mauvaises herbes » présentes entre les rangées.

Nos abeilles sont en danger sur toutes les zones de culture traitées.

Il est important de faire remonter à vos responsables syndicaux des éléments (photos-vidéos…) prises en France en précisant la date et le lieu. Il faut au plus vite être en mesure de présenter des éléments nationaux au ministère de l’agriculture afin d’obtenir comme l’Italie et l’Allemagne l’on obtenu la suspension de tous les produits systémiques et de traitement de semence jusqu’à l’obtention de résultats scientifiques prouvant l’absence de danger pour l’abeille.

A vos appareils photos…

Olivier BELVAL
Membre du bureau de l’UNAF

15 avril 2010

Lettre d'information de l'UNAF - avril 2010

Paris, le 15 avril 2010

Chers Amis,

L’Assemblée Générale de l’Union Nationale de l’Apiculture Française qui s’est déroulée le 27 février 2010 a connu un grand succès. Nous avions pris le parti de changer de salle car année après année vous êtes toujours plus nombreux. Nous nous en réjouissons.

Vous trouverez ci-joint la présentation qui a été diffusé durant cette Assemblée durant laquelle ont eu lieu deux votes à bulletin secret.

Les questions posées étaient les suivantes :

- Après exposé de l’ensemble des discussions et actions de l’UNAF au sujet de la mise en place du futur institut technique de l’apiculture :

o Adhésion de l’UNAF à l’Institut Technique et Scientifique de l’Apiculture et de la Pollinisation (ITSAP) ?

§ Vote OUI à l’Unanimité des membres présents.

- Après exposé de la position de la FNSEA à l’égard de l’UNAF :

o L’UNAF doit-elle continuer d’adhérer à la FNSEA ?

§ Vote NON à 91% des voix.

L’année 2009 a été riche et dense et l’UNAF a été sollicité sur tous les fronts (syndical, juridique, sanitaire, environnementale…).

L’année 2010 nous demandera tout autant de vigilance :

- sur la mise en place de la déclaration des ruches

- les états généraux du sanitaire

- la refonte des directives européennes

- les pesticides (Cruiser ® et Proteus ®)

- L’observation du phénomène des Exsudats (ou guttation)

- Les nombreux partenariats pour lesquels nous avons été sollicités.

L’UNAF a également un nouvel expert comptable : Mr Jean Marc Romilly qui nous a présenté le Bilan 2009 lors de l’Assemblée Générale. Vous trouverez ci-joint un résumé de ce bilan.

Vous trouverez également deux courriers rédigés à votre attention afin de rester en alerte sur les cas d’intoxication Cruiser ® et Proteus ® ainsi que sur le phénomène des exsudats pour lequel nous vous demandons de réaliser des photos afin de nous aider à remonter l’information aux ministères concernés (Agriculture et Environnement).

En outre, la FNOSAD vient de mettre en ligne un questionnaire pour étudier les pertes et troubles dont nos abeilles sont victimes.

Elle espère que dans l'intérêt général les apiculteurs victimes de ces troubles accepteront de renseigner ce questionnaire.

En tant que responsables de l’UNAF nous vous engageons à participer à cette enquête et à remplir le questionnaire en ligne à l’adresse :

http://tbvaleurs.free.fr/FNOSAD-troubles-apicoles.htm .

Enfin, l’UNAF est sollicitée pour de nombreux partenariats cette année 2010 qui est, rappelons le, l’Année internationale de la biodiversité.

Nous sommes partenaires du concours des prairies fleuries et le SPIPOLL (suivi photographique des insectes pollinisateurs) mis en place avec le Museum d’Histoire Naturelle et l’OPIE. et de la capitale de la biodiversité avec Natureparif.

Nous vous communiquerons dans la revue « Abeilles et Fleurs » et sur le site internet les éléments qui vous permettront de participer activement à ces partenariats.

Je vous souhaite une belle saison apicole…

Si les conditions météos sont favorables et si nos abeilles ne sont pas victimes d’intoxications inacceptables…

NB : Infos dernière : la DGAL vient de nous communiquer les coordonnées pour l’enregistrement et la saisie de déclaration des ruches, nous vous le communiquons aussitôt.

Henri CLEMENT